Communiqués de presse

Nikol Pashinyan: « Pour moi, ma mission a toujours été d'apporter de réels changements qui serviront l'Être humain, l'État et l'Église »

01.11.2019

Plus 11 d'images

Le Premier ministre Nikol Pashinyan a visité le Saint-Siège d'Etchmiadzin et a rencontré les participants de la séance annuelle du Conseil spirituel suprême.

Sa Sainteté Karékine II, Patriarche suprême et Catholicos de tous les Arméniens, a remercié le Premier Ministre d'avoir rendu visite au Saint-Siège, d'avoir rencontré les membres du Conseil spirituel suprême et a présenté l'ordre du jour des questions en discussion.

S'adressant aux personnes présentes, le Premier ministre Pashinyan a noté:

« Votre Majesté,
Saints Pères,
Chers membres du Conseil spirituel suprême,

Je suis heureux pour la réunion d'aujourd'hui. Bien sûr, de telles réunions sont nécessaires, et maintenant, peut-être plus souvent qu'autrement. En général, bien sûr, comme l’a noté Sa Majesté, les discussions sur les relations entre l’État et l’Église sont très importantes, en particulier dans la nouvelle situation et les nouvelles conditions qui règnent actuellement en République d’Arménie. Ces conditions et relations comportent de nombreuses nuances et j'espère qu'aujourd'hui nous pourrons évoquer aux détails importants de ces nuances.

De manière générale, en ce qui concerne les relations entre l’État et l’église, j’entends d’abord non seulement et pas tellement des arrangements matériels, même s’ils sont importants et essentiels, mais aussi des discussions sur la vie spirituelle, les valeurs spirituelles et le spirituel en général dans notre pays. en termes d'ambiance.

En général, lorsque je pense à l’atmosphère qui règne dans notre pays, j’en viens à la conclusion que, à notre époque, je ne veux pas souligner un moment donné, mais la tendance générale est la perte spirituelle. Et je ne parle pas de cela en tant que service, je ne veux pas dire d’une position, d’un statut, j’entends d’abord de la perception des relations publiques, c’est-à-dire des relations entre l’élite et la société, en général entre deux citoyens. Ce que je veux dire, c’est que c’est à la suite de l’aliénation de cet esprit que la dégradation politique et la corruption se produisent, et pas seulement la corruption, mais que cela devient une façon très ordinaire de faire les choses, et c’est de cette manière et en arrière-plan que la société les grandes couches sont impliquées dans de tels phénomènes.

En général, je veux avouer que lorsqu'une équipe ou une personne politique obtient le pouvoir ou acquiert un statut, cela a généralement été le cas, du moins dans la logique historique, sa première tendance est: comment garder ce statut le plus longtemps possible?

Je tiens à préciser que la mission de notre gouvernement et ma mission personnelle, non seulement dans ce statut, mais tout au long de ma vie, j’ai consideré d’apporter de réels changements, des changements qui serviront le peuple qui serviront le pays, qui serviront l’État, qui serviront l'église, parce que les valeurs spirituelles, la vie spirituelle, le contenu spirituel sont très importants pour moi, et j'ai souvent répété que je le considérais comme une partie intégrante de mon activité politique et de ma vie. Je pense généralement que l’activité politique n’aurait pas de sens pour moi si cet élément très important n’était pas inclus dans cette activité.

Et je veux dire que c'est aussi ma perception subjective, je ne vais pas prétendre que c'est la perception la plus correcte, la plus justifiée ou peut-être la plus pragmatique, mais c'est ma perception que nous devrions regarder nos vies en général avec ce prisme, parce que j’imagine les relations civilisées modernes comme un cadre divisé en certaines parties, comportant différentes composantes: il existe une composante matérielle, une composante spirituelle, une composante politique, une composante de valeur et une composante juridique.

C’est avec la combinaison précise de tout ce qui forme un État et une société compétitifs. Je tiens également à dire que c’est de la conscience de cette mission que je comprends que nous devons être prêts pour une conversation directe, ouverte et franche avec la société, avec l’église, avec les citoyens et avec les forces politiques, et le but de ces conversations. que nous devrions enregistrer le sujet de cette conversation: surmonter la crise ou prévenir la crise lorsqu'il n'y a pas de crise.

Et en général, je pense qu'il y a une crise dans la République d'Arménie dans tous les domaines, car sans la crise, les événements survenus en République d'Arménie n'auraient pas eu lieu. S'il n'y avait pas eu de crise, ces événements n'auraient pas eu lieu et le fait que des centaines de milliers de citoyens de la République d'Arménie et des centaines de milliers de nos compatriotes de la diaspora aient exprimé une position très claire. Cela témoigne du fait qu’au printemps 2018, nous n’avions aucun domaine où il n’y avait pas de crise. Je ne dirai pas que ces crises ont été résolues au cours des 18 derniers mois, mais une crise a été résolue, la crise de confiance a été résolue.

C’est une bonne base pour que nous puissions continuer notre voie, pour résoudre toutes les autres crises et pour les résoudre par le biais de la constructivité, du respect mutuel, d’un dialogue ouvert et direct. Voici comment j'imagine la relation État-église.

Je ne peux pas dire que nous avons atteint un tel niveau de dialogue dans ce sens que nous pouvons penser que c'est parfait, mais que nous ne sommes pas au même point, c'est aussi un fait. Nous avons pris des mesures, discuté, et je suis heureux d’abord de pouvoir le faire. C'est un indicateur très important de la santé et une preuve très importante de la santé. Je suis également reconnaissant pour une telle opportunité, et je suis reconnaissant à Sa Sainteté qu'il utilise constamment ces opportunités pour de telles conversations et qu'il crée de nouvelles opportunités pour nous d'avoir ce dialogue. Je suis venu ici aujourd'hui à l'invitation de Sa Sainteté pour avoir une telle conversation et un tel dialogue. Merci! »


Les questions liées aux relations entre l’Église et l’État, les défis auxquels sont confrontés notre État et notre peuple, les problèmes existants et les possibilités de les résoudre, la préservation du patrimoine historique et culturel ainsi que des questions d’intérêt public ont été discutées au cours de la réunion.

← Retour à la liste d'actualité