Communiqués de presse

Le Premier ministre a participé à une séance consacrée à la Journée de l’agent du Service spéciale d'enquête

29.11.2019

Plus 5 d'images

Le Premier ministre Nikol Pashinyan a assisté à une séance solennelle consacrée à la Journée de l’agent du Service spéciale d'enquête et au 12e anniversaire de sa création.

Le Premier ministre a félicité Sasun Khatchatrian, chef du Service spéciale d'enquête et tous les employés du service, à l'occasion de la fête professionnelle. Il a indiqué que le Service spéciale d'enquête est l'organisme chargé d'enquêter sur les affaires de violations commises par de hauts responsables de la République d'Arménie et sur les affaires pénales initiées à cette occasion. «Bien entendu, selon la législation de la République d'Arménie et, en fait, le Service spécial d'enquête est un organe indépendant, mais il convient néanmoins de noter que le contexte politique et l'atmosphère existant dans le pays sont très importants pour le fonctionnement de cet organe, car l’indépendance institutionnelle ne signifie pas et ne peut jamais signifier indépendance environnementale, indépendance de l'atmosphère», a déclaré le Premier ministre, ajoutant qu'il est impossible de construire la légalité, l'indépendance et la justice dans un organe séparé.

«Je crois et suis convaincu qu'aujourd'hui, les meilleures conditions possibles sont créées pour les activités du Service spécial d'enquête de la République d'Arménie ou, plus précisément, pour l'enquête des crimes commis par de hauts responsables, du moins dans l'histoire de la Troisième République, nous n'avons jamais connu de meilleures conditions. Et je tiens à souligner que lorsque nous parlons de fonctionnaires, en général de lutte contre la corruption, étant donné la situation politique, malheureusement, il est entendu que nous ne parlons que d'anciens fonctionnaires. Et je profite de l’occasion pour souligner aujourd’hui que nous entendons peut-être plus souvent en principe les responsables en exercice, car si la lutte contre les abus ne porte que sur le passé, il ne s’agira que de la conjoncture politique, de l’opportunisme politique et d’une nouvelle culture d’abus. Je tiens à préciser que cette interprétation de la situation n’a absolument rien à voir avec la réalité. Tout en analysant cette question et en discutant avec le Chef du Service spécial d’enquête, le Procureur général, le Président du comité d'enquête, les chefs de la Police et du Service de la sécurité nationale, je suis convaincu que nous et les représentants de notre gouvernement comprenons très bien ce défi », a souligné Nikol Pashinyan.

Selon le Premier ministre, les autorités ont pour tâche d'indiquer que les fonctionnaires en République d'Arménie ne peuvent pas être au-dessus des lois, ce qui constitue le changement institutionnel fondamental à faire dans un proche avenir. « Je ne vais pas du tout affirmer que la solution à ce problème n'est qu'un élément de la politique punitive, comme on le dit souvent. Non pas du tout. Les réformes institutionnelles que nous avons engagées et que nous poursuivrons systématiquement sont très importantes ici: nous avons adopté la stratégie anticorruption, nous avons adopté la stratégie de réforme judiciaire, mais une enquête appropriée des abus possibles du travail des fonctionnaires anciens et actuels devrait être un phare très important et visible, un indicateur de nos intentions, car des stratégies, des politiques, des déclarations ont été adoptées dans le passé aussi. Mais il est très important que les citoyens de la République d'Arménie, notre peuple et la communauté internationale voient que ces déclarations sont suivies d'actions concrètes, à la fois en termes de réformes institutionnelles et d'enquêtes avec la diligence raisonnable.

On parle beaucoup du fonctionnement du système de maintien de l'ordre, et j'ai eu l'occasion de dire que ce n'est pas toujours et en général je ne peux pas dire que je suis très satisfait des résultats de l'enquête des affaires de corruption. Mais, à vrai dire, il est très facile d’enregistrer au niveau politique, mais lorsque nous analysons les détails et les faits, nous constatons qu’un énorme travail a été accompli», a noté le Premier ministre, ajoutant que tous les organes d’enquête, y compris - dans le Service spécial d'enquête a un grand problème de surcharge des enquêteurs. «Aujourd'hui, lorsque nous examinons la surcharge de travail moyenne des enquêteurs, nous constatons que les personnes travaillent dans des conditions inhumaines. Et effectivement, pour ce travail, je voudrais tout d’abord remercier les enquêteurs du Service spécial d’enquête, nos organes d’enquête en général, ainsi que le Bureau du Procureur pour leur travail, mais d’autre part, dire que c’est notre chemin de Golgotha. Nous devons surmonter ces souffrances pour porter notre pays à une nouvelle hauteur », a déclaré Nikol Pashinyan.

Le Chef du gouvernement a souligné que l'Exécutif devrait réfléchir aux garanties sociales des enquêteurs du Service spécial d'enquête et a ajouté que la question est constamment soulevée par le Chef du Service spécial d'enquête au gouvernement et que cet ordre du jour est très important.

«Le fait que le Chef du Service spéciale d’enquête vient d’annoncer est un fait sensationnel. Si j'ai bien compris, vous avez déclaré qu'au cours d'une année de travail du Service, les dommages causés à l'État avaient été recouvrés sept fois plus que pendant les onze années précédentes d'existence du Service spécial d'enquête. Voici un tel fait: Pourquoi est-ce que je veux le répéter parce qu'il y a beaucoup de critiques dans le public sur ce qui est arrivé aux enquêtes, et à ces critiques je donne parfois quelque continuation, mais ce fait prouve que beaucoup de travail est fait. Je veux noter que la raison de ce genre d’inquiétude n’est pas que les gens se demandent pourquoi tant de dégâts ont été réparés et pourquoi tant de dégâts n’ont pas été restaurés, l’inquiétude n’est pas vraiment, l’intérêt est différent, ils pensent qu'avec leur logique habituelle maintenant, après une révolution, un bon mois, une bonne année, une bonne année et demie, tout le monde va oublier ce pour quoi nous avons travaillé et il y aura une période de conversion, c'est-à-dire que nous retomberons dans l'ancienne logique», a-t-il dit.

Le Chef du gouvernement a assuré que personne n'oublierait rien et que l'exécutif irait de l'avant fidèle à son ordre du jour.

Nikol Pashinyan a souligné que l'objectif primordial de la politique du gouvernement est de changer l'estime de soi, la perception de soi des fonctionnaires de l'État et de changer la perception qu'ont les gens d'un fonctionnaire. «En République d'Arménie, les hauts fonctionnaires ont généralement eu, ont et continuent de le faire, et admettons qu'aucun de nous ne peut échapper à cette tentation car l'inertie des traditions est en réalité très puissante. Constatons qu’il existe en République d’Arménie et qu’il le sera pour un certain temps le phénomène lorsque les fonctionnaires acquièrent rapidement le complexe du prince. Notre tâche est de transformer le complexe de ce fonctionnaire, de ce prince, veuillez m'excuser pour une telle formulation, en un complexe de Jésus.

Qu'est-ce que je veux dire par là? Pourquoi le complexe de Jésus? de sorte que chaque fonctionnaire comprend qu'il est à la fois serviteur et maître. Car en séparant ces deux, un fonctionnaire d'État ne sera pas suffisamment utile dans son statut. Et en quoi l'image de Jésus est-elle bonne en tant que serviteur et maître en même temps? Il est un serviteur à 100% et possède tellement de choses qu'il peut prendre des décisions et peut expliquer la logique de ses décisions à d'autres et qu'il peut en rendre la logique familière.

Chef du Service spéciale d’enquête,
Hommes d’Etat,
Chers enquêteurs,


Je vous félicite une nouvelle fois pour cette journée et je suis heureux que notre gouvernement ait de jure défini la Journée des agents du Service spécial d’enquête. Je vous souhaite tout le meilleur »
, a-t-il achevé son discours.


 

← Retour à la liste d'actualité